«

»

#Interview: Mamz’elle Plum’ti

Pin-up chic ou Flapper Girl, Mamz’elle Plum’ti nous emporte dans son élan glamour avec son Burlesque classique saupoudré de rock’n’roll et de poésie!

Mamz’elle Plum’ti est une effeuilleuse burlesque depuis 2009. Résidente du Cabaret Burlesque, la revue de Valentina Del Pearls sur le “Love Boat” aka la péniche de la Nouvelle Seine à Paris. Mais Mamz’elle Plum’ti est bien plus que ça encore, elle est également styliste modéliste et costumière connue et reconnue sous le nom de Lily Verda.

Crédit photo: Kalymar photographie

Crédit photo: Kalymar photographie

 

– Comment as-tu découvert le Burlesque?

Le Burlesque, c’est l’aboutissement de tout ce qui me passionne depuis toujours.

Déjà toute petite, j’étais fascinée par le Cabaret, les plumes, les paillettes. Quand j’ai commencé la danse classique à 6 ans, je n’avais qu’une hâte, en avoir déjà 10 pour interpréter les célèbres French Cancan et Charleston lors du gala de fin d’année. A 17 ans, on m’a proposé d’intégrer une petite troupe de Music-Hall : Cosmopolitan Company, à Bergerac, là où j’ai grandi. J’étais la plus jeune, j’étais follement timide mais je me suis lancée. On répétait toutes les semaines et on se produisait 1 ou 2 fois par mois. Je suis ensuite montée à Paris pour faire une école de mode. Je suis devenue styliste modéliste. Quelques années plus tard, quand le Burlesque a commencé à refaire surface, Miss Anne Thropy m’a commandé un costume et j’ai immédiatement eu envie de remonter sur scène!

– Pourquoi te lancer dans le burlesque ?

Pour moi, le Burlesque regroupe tout ce que j’ai toujours aimé : la danse, des costumes magiques, un univers rétro et surtout la possibilité de pouvoir se jouer de tout ça, casser les codes, surprendre son public.

Autre motivation très personnelle : la petite fille timide, la femme toujours aussi réservée, elles n’existent plus quand je monte sur scène.

– Quel est le secret de ton nom de scène?

Les plumetis, ce sont les petits pois que l’on trouve sur les voilettes des jolies pin-up. Le plumetis, c’est aussi le tissu à petits pois. Celui que j’affectionne le plus depuis que j’ai lancé ma toute première collection de prêt-à-porter. Au début, je voulais que ma marque s’appelle Plum’ti. Mais j’ai opté pour Lily Verda qui est une anagramme de mon vrai nom. Et j’ai gardé « Plum’ti » pour la scène, précédé de « Mamz’elle » qui pour moi sonnait assez parisienne, ni trop snob, ni trop franchouillarde.

Crédit photo: Kalymar photographie

Crédit photo: Kalymar photographie

– Ou trouves –  tu l’inspiration de tes numéros?

Le plus souvent, c’est la costumière qui prend le dessus. Une belle pièce vintage que j’aurais customisée, un accessoire chiné, une idée de costume, de silhouette… autant de raisons valables pour créer de nouveaux numéros.

– Qui sont tes effeuilleuses préférées? Et pourquoi?

Mes goûts sont assez éclectiques. J’aime les artistes drôles, les poétiques, les rock’n’roll, du moment qu’elles sont généreuses.

Mais bien sûr, j’ai une grande sensibilité pour le côté visuel. Vicky Butterfly et Cleo Viper sont des références incontournables pour moi.

– Que pense ton entourage de ton côté paillette?

Il y a les gens qui me connaissent vraiment et qui savent que tout ça, c’est moi, depuis toujours. Les gens qui, quand je me suis lancée, ont eu un sursaut mais sont revenus quelques années plus tard me dire que c’était vraiment cool.

Quand je travaillais pour un patron, je ne l’informais bien évidemment pas de cette seconde activité. Certains de mes collègues, les plus proches, savaient et étaient enthousiastes.

Aujourd’hui, je suis costumière et créatrice de robes de mariée à mon compte et j’ai décidé de ne plus me soucier de ce que les gens pensent! L’étape la plus difficile sera sans doute celle où les camarades de classe de mon fils demanderont ce que maman fait dans la vie.

– Parle – nous un peu de toi, tes autres passions, ton objet fétiche?

Je suis maman d’un petit garçon de presque 4 ans, la seule excuse pour laquelle j’ai fait une pause depuis mes débuts en 2009 dans le petit monde du Burlesque.

Je suis passionnée de couture, de vêtements et objets rétro, et de danse comme vous l’aurez compris.

J’adore également la moto ! J’ai mon permis et je possède un joli petit bolide mais je regrette de ne pas avoir suffisamment de temps pour en faire et songe à la revendre.

Crédit photo: Kalymar photographie

Crédit photo: Kalymar photographie

– Quelles sont tes prochaines dates ?

Le Cabaret Burlesque à La Nouvelle Seine à Paris (les vendredis et samedis soirs, 2 à 3 weekends chaque mois)
Le 8 mars, Cabaret Burlesque à Valenciennes
Le 18 mars, The Sassy Cabaret, The Crazy Circle, Bruxelles
Le 19 mars au Théâtre de la Forgerie à Saint Dizier
Le 27 mars, Cabaret Burlesque, au Rideau Rouge à Lyon
Les 22 et 23 avril, Festival Good Rockin Tonight, Bourg-en-Bresse
Le 1er mai, Hebden Bridge Burlesque Festival, UK

Retrouvez toutes les infos de Mamz’elle Plum’ti sur son site internet!

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien