Lusty Silk

Lusty Silk

Crédit photo Christine Champagne-Dillinseger

Quelles sont tes idoles en Burlesque ?

Chaque ariste a un univers magique dans le burlesque, et c’est la rencontre avec cet univers (surtout la toute première fois), qui me transporte. J’ai une préférence pour les artistes ayant un univers poétique, ou qui en imposent par leur charisme ainsi que leurs spécialisations. En tant qu’homme, ma préférence masculine va à quelques artistes comme Tom de Montmartre, la Big Berta, Charly Voodoo et Soa de Muse. En ce qui concerne les femmes (et ce n’est vraiment pas pour faire le lèche botte), mais je suis obligé de citer en premier lieu Antoinette Boudoir. J’ai été très impressionné par sa manière de prendre possession de la scène et de jouer la femme fatale. Une affectation toute particulière pour Séraphine Desloges qui m’a ému lors de son “baiser”, pour la voix de velours d’Eva Des Lys, ainsi que pour les sketchs délirant et sexy de Dotty Mac Lane.

D’ou vient ta passion du Burlesque ?

Elle est née du hasard d’une rencontre avec Eva Des Lys, puis de la passion que j’ai ressenti sur scène en assistant pour la première fois au Divin Bordel. J’ai ris, j’ai été ému, j’ai été séduit, et enfin j’ai eu une envie furieuse de monter sur scène pour serrer chacune d’entre elles dans mes bras.

J’avais envie de leur dire à quel point elles pouvaient être fières, méritantes et qu’elles étaient tout simplement magnifiques (dénudées ou en paillettes).

Lorsque le show s’est terminé et qu’Antoinette a déclaré chercher des hommes, je lui ai écrit directement, avec la peur au ventre qu’elle me dise non (c’est un peu comme avouer son amour pour la première fois à quelqu’un, on a toujours peur de se prendre une baffe et qu’on y joue sa vie).

C’est d’ailleurs un élément supplémentaire à rajouter dans le burlesque, toutes vos sensations et vos émotions sont multipliées par 1000, et quand votre vie devient passion, vous êtes définitivement fait pour monter sur les planches.

Pourquoi intégrer les Secrètes Boudoir ?

Pour plusieurs raisons, mais très clairement pour l’esprit qui y règne. C’est une vraie famille, soudée, à l’écoute et réactive. Pour autant, au delà de l’excellente ambiance qui y règne, on y demande un cadre et une rigueur, de l’investissement. Et ça me correspond totalement.

Crédit photo Christine Champagne-Dillinseger

Crédit photo Christine Champagne-Dillinseger

D’où vient ton nom de scène ?

Tout est parti de ce sur quoi je m’entraîne avec acharnement, le tissu aérien. Il me fallait un nom qui corresponde à ma pratique, mais qui soit également le reflet d’une certaine sensualité.

C’est là que le mot Silk est venu. En anglais ce terme désigne la soie, mais c’est également l’autre nom du tissu aérien en anglais.

L’autre idée, c’était de faire masculin. C’est pour ça que j’y ai rajouté Lusty, qui est un mot encore une fois à double sens. Lust désigne la luxure, et Lusty représente un homme vigoureux (dans tous les sens du terme 😉 .

L’association des deux créé des jeux de mots et d’images que chacun peut interpréter comme bon lui semble. Mais dans les deux cas, la pratique du tissu aérien illustre bien ces deux termes. Vous devez faire preuve d’une grande force, d’une forte endurance, tout en étant dans la grâce, l’élégance et la finesse. A défaut, vous ne faites que ressembler à un rôti mal ficelé.

Et c’est l’idée que je défends pour le burlesque masculin. La virilité et la sensualité sont loin d’être incompatibles. Si nos amis les hommes osaient un peu plus révéler leur part sensible, ils n’en seraient pas moins virils.

Teasing du prochain numéro ?

Alors comme ça on veut tout savoir sans rien payer ? 🙂

Le prochain numéro sera un bon exutoire. J’ai un métier aux antipodes de mon côté artiste, et qui, si je ne disais pas stop, me prendrait toute mon énergie.

Comme il fallait commencer par quelque chose de plus simple que le tissu pour une première, c’est l’occasion que le burlesque règle les comptes du monde de la finance.

J’ai également d’autres numéros en préparation, mais ceux là vont demander plus de temps, un excellent ostéopathe, et une forte dose de protéines !

Crédit photo Christine Champagne-Dillinseger

Crédit photo Christine Champagne-Dillinseger

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien