Revenir à La troupe

Séraphine Desloges

Séraphine, nouvelle recrue, écume les scènes avec la troupe depuis quelques mois. D’abord en groupe avec les élèves de la Boudoir School, puis en solo avec la troupe. Sa voix douce et sensuelle cache un tempérament de feu qui se révèle sur la scène !

Crédit photo Muriel

Séraphine Desloges est une pin up dans l’âme ! Pétillante, souriante et passionnée, mais aussi timide, autoritaire et réfléchie… elle aime les contrastes et les paradoxes !

Se prenant tantôt pour Michaël Jackson version féminine, tantôt pour Brigitte Bardot version jeune (avec ses copines de la Boudoir School), elle rêve et se rêve ! En strass, en plumes, en paillettes, extravagante et délicate comme les dames de cour du siècle des Lumières, glamour et mystérieuse comme les icônes hollywoodiennes des années 50 et pétillante comme les meneuses de revues des plus célèbres cabarets parisiens.

A travers des numéros burlesques à tendance classique, c’est en dansant qu’elle partage ses humeurs et ses lubies !

Quelles sont tes idoles Burlesque ?

A chaque fois que je découvre un artiste, je suis follement impressionnée ! J’ai cependant une faiblesse particulière pour la fraîcheur et la poésie d’Imogen Kelly. J’aime aussi Kiki Béguin pour son énergie et sa capacité à nous faire entrer dans son monde et Lolly Wish pour sa glamouritude absolue ! J’éprouve aussi une grande admiration pour mon mentor, Antoinette Boudoir, maîtresse au cœur tendre.

D’où vient la passion du Burlesque ?

Quand j’étais petite fille, je rêvais d’être danseuse au Moulin Rouge

J’ai commencé par aimer la mode rétro, les pin-up, sans trop oser le mettre en pratique… Puis un jour, je suis allée voir un spectacle des Secrètes Boudoir où je me suis dit : « C’est géniale ce qu’elles font ! Quelle audace ! Mais moi, je ne pourrais jamais enlever mon soutien-gorge sur scène… encore moins être si sensuelle (imagine mon petit cœur de nonne qui s’emballe) !». C’est comme ça que j’ai eu la chance de rencontrer certaines d’entre elles qui m’ont fait comprendre qu’il n’y avait pas besoin d’avoir un don surnaturel ou d’entrer dans un certain moule… Au contraire !!!!!

Alors, quand Antoinette Boudoir a proposé un cours d’essai au Burlesque pour se réconcilier avec sa féminité et prendre confiance en soi, j’ai testé (mais seulement pour suivre le cours, hein ! Pas de spectacle, encore moins de soutien-gorge qui vole pour moi…Faut pas exagérer!)… Un mois plus tard, le nom de « Séraphine Desloges » résonnait déjà dans ma tête !

Crédit photo Muriel

Crédit photo Muriel

Pourquoi rejoindre les Secrètes Boudoir ?

Avant tout, parce que, au-delà de l’admiration artistique, c’est une histoire humaine ! Ces femmes (et quelques hommes) défendent des valeurs auxquelles j’adhère complètement : le respect, la tolérance, la générosité et le féminisme comme je l’entends, à savoir la célébration de la femme et de la féminité, sans en faire un combat stérile contre le masculin. Elles véhiculent une joie de vivre et une bienveillance qui font grandir et progresser… J’aime cet état d’esprit !

Ensuite, parce que c’est un très grand honneur d’intégrer une troupe qui évolue avec tant de talent, d’énergie et de projets !

Quel est le secret de ton nom de scène ?

Il est ancien, francophone et élégant, ce qui était les conditions sinéquanones à l’élaboration de mon nom de scène.

En théologie, les séraphins sont au plus haut rang de la hiérarchie des anges. Ce sont des êtres beaux, majestueux, avec 3 paires d’ailes… Comme moi  (ou presque)! 😉

« Desloges » symbolise le passage de l’ombre à la lumière (des loges à la scène), le contraste entre la banalité du quotidien et les paillettes de la scène.

Un teasing du prochain numéro ?

Vous souvenez-vous de ce baiser?

Retrouvez Séraphine Desloges sur Facebook !

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien