Crédit photo : Virginie Chérie

La plus Parisienne des parisiennes des Show girls est un feu d'artifice à elle seule !

 

 

Meneuse, effeuilleuse, danseuse, conteuse… elle en a sous le chapeau !

Se distinguant par son panache et son enthousiasme contagieux, elle renverse les salles et fait chavirer les cœurs.

Artiste internationale, sa french touch séduit par delà les continents

Mamzelle Viviane, c’est une explosion de couleurs, la pétulance d’une coupe de champagne, une ode à la vie !

Qui je suis

Je m’appelle Virginie, mais vous me rencontrerez aussi sous le nom de Mamzelle Viviane, performeuse burlesque à l’international et meneuse, depuis 11 ans. Également comédienne et danseuse, je me suis forgée au fil de mille expériences, sur le terrain.

J’ai eu 1001 vies. Et un jour, j’ai rencontré ANA

Comment j'ai rencontré ANA et m'en suis libérée

Ado j’adore la danse. Je suis pleine d’énergie. Un mot pourtant suffit pour réveiller ANA. «Fais attention à ton poids…». Pas de coupable si ce n’est un contexte familial complexe et un moment de vulnérabilité de jeune fille de 17 ans.

J’ai vis alors la descente aux enfers. 1 année à mourir et renaître, a toucher la limite et vivre l’impensable « contrat ». Tant de rêves s écroulent sans comprendre. Ne plus croire qu’en l’instant. Ça m’a pris des années pour me reconstruire, me rencontrer, m’affirmer. L’art a été ma voie <3

ANA a fait bien des dégâts. J’ai arrêté de danser pendant plus de 13 ans, par peur ! J’ai cultivé cette croyance que la danse est coupable. Je me résigne et emprunte une voie plus « classique » : assistante marketing. Mais c’est plus fort que moi, l’artistique me rattrape par le colback ! Je deviens comédienne.

Le volte face arrive à 31 ans, sur audition. Une ancienne prof monte son cabaret. je deviens danseuse de revue. ANA ne réapparaît pas. Je découvre alors le burlesque, cet art puissant, léger et joyeux. Ce qui me porte alors, c’est cette envie de liberté, d’espièglerie, de fantaisie.

Aujourd’hui, artiste burlesque confirmée, je parcours le monde et poursuis ma quête infinie de la femme que je deviens, vulnérable, mais forte, ouverte à la joie, et nourrie d’envies.

Ce projet d’accompagner des femmes à mon tours, c’est, je crois, pour moi le plus grand et magnifique des défis.

Pourquoi être Marraine est si précieux ?

Sorte de tabou, la danse est considérée comme l’ennemie des T.C.A. car souvent à l’origine, ou liée. Ce projet d’ateliers est pour moi l’occasion d’éveiller la société aux bienfaits de l’expression artistique par les mots, le slam, mais aussi la danse et le burlesque.

Après avoir vécu l’anorexie à 17 ans j’ai longtemps travaillé sur moi et je continue dans ma reconstruction. Le trouble du comportement alimentaire, c’est un tsunami dans une vie, de la personne qui le vit, mais aussi pour l’entourage.

Je vais bien aujourd’hui. Je vis. Mais je reste alerte face à ce trouble ancré de plein de façons dans la mémoire de mon corps et mon mental.

« Effeuilleuse burlesque » C’est mon métier depuis 11 ans J’en suis fière : un art bien vivant, élégant, intense et libérateur pour nous les femmes, de nos corps, nos colères et nos joies.

Lorsque Antoinette Boudoir m’a proposé d’être Marraine, J’ai dit OUI comme une évidence. Je cherchais alors comment mettre mon art de la meilleur manière possible au service des femmes.

Pendant 1 an, ces ateliers, je les vois comme une magnifique « aventure » : créative, humaine, sensorielle, joyeuse. guidée par le désir d’éveiller ces corps vibrants. Se sentir vivant.

C’est aussi j’espère, partager mon histoire comme une passeuse d’espoir. Comme quoi, on peut s’en sortir !

Mamzelle Viviane